CHIN CHIN

 

 

           Mini-métrage. Danse pour agrémenter la bande démo.

Danse classique sur tango argentin.

L'histoire de la danse et du film

Je voulais faire de la danse. On m'a inscrite à la danse rythmique à l'âge de 8 ans. Mais à tous les cours, le professeur s'arrêtait pour papoter avec les grands. Ma copine et moi n'avons plus voulu y retourner. Puis, j'ai réalisé que ce que je voulais faire s'appelait de la "danse classique" mais papa et maman n'ont pas voulu me réinscrire. Ensuite, j'ai reçu Martine petit rat de l'opéra. Alléluia ! Je mettais mes pieds en canard partout pour que mes parents voient bien à quel point cela m'intéressait.

 

J'ai enfin pu commencer la danse classique à l'âge de 11 ans au Conservatoire de Huy avec Mademoiselle Hamon, qui était très dure mais que j'aimais beaucoup, et qui m'a appris la fameuse discipline et le maintien corporel du classique. De 18 à 30 ans, j'ai poursuivi mes études loin de Huy et j'ai vécu à l'étranger. Puis, de retour en Belgique, j'ai repris les cours là où je les avais laissés, à nouveau au Conservatoire de Huy, avec Mademoiselle Hamon, pour terminer avec sa remplaçante, Madame Marcelle Joliet.

 

J'ai achevé le cycle à l'âge de 33 ans avec cette chorégraphie de Mme Joliet sur une musique de Piazzola que j'avais choisie. Elle m'a valu les félicitations du jury. Le jour du gala, la salle du Centre culturel hutois était comble. J'ai reçu une standing ovation pour cette danse. Je ne l'oublierai jamais. On m'a ensuite demandé de refaire ma danse dans d'autres lieux. J'avais dû l'allonger.

 

Je ne me souviens plus de la partie ajoutée mais j'avais un enregistrement des répétitions de la première partie que j'ai retravaillée pour la démo. Je ne suis pas très satisfaite du résultat, à vrai dire, mais il y a quand même du bon et vu les circonstances, après 12 ans sans entrainement, seulement 3 jours pour retravailler dans un coin de mon salon, pas de répétition en salle, des nouvelles chaussures et trois autres tournages le même jour, je crois que je peux quand même être plutôt contente de moi !

Et comme d'habitude, merci à Benjamin Pinon, réalisateur hutois de films publicitaires pour sociétés, pour l'image, la prise de son et le montage.

Aujourd'hui, je fais du tango argentin avec mon mari depuis septembre 2017.

Première tunique et premiers chaussons - J'ai 11 ans.

Avant un gala de danse

à 16 ans.

Si on m'avait dit qu'un jour, je remonterais sur pointes...

J'ai 30 ans.

De 30 à 33 ans. Après l'Espagne et l'Ecosse, retour aux sources. Tout d'abord avec Marcelle Hamon (professeur de danse classique du Conservatoire de Huy), que je remercie chaleureusement et puis avec sa remplaçante, Marcelle Joliet, à qui je dois beaucoup de bonheur. Merci !

Classique version flamenco  et version tango.

Madame Joliet

"Express yourself", ou quand la foule en délire te fait une haie d'honneur lorsque tu descends de scène et que tout à coup, tu crois que tu t'appelles Madonna...

Elle m'a tout de même valu un Cabaret d'Or ! ;-)

MANI

En 2016, Mani écrit quelques scènes courtes présentant des personnages très différents, comme si ces scènes étaient extraites de long-métrages.


En 2017, elle tourne ces scènes grâce à l'aide précieuse de Benjamin Pinon, réalisateur belge dans le domaine de la publicité d'entreprise. Les quelques films présentés ici sont le résultat de cette collaboration.


 


Les liens du corps 

Le seigneur soit avec vous

My name is Micha Gangster. Shite! (en anglais)

Dime lo que quieres (en espagnol)

Pour Juliette

Bonne nuit !

Réanimation

Chin Chin (danse)

En septembre 2018, Mani réduit son temps de travail à l'Université de Liège et peut désormais se consacrer davantage à son activité artistique.

Anne Désirotte, alias Mani, a choisi ce nom d'artiste pour sa racine latine : " la main ", en symbole de " celle qui prend sa vie en main " et la façonne petit à petit selon ses propres choix.
 

© 2023 by  Designs by Thomas Rider. Proudly created with Wix.com